Location de logement en pièces détachées : que savoir ?

  • 18 mars 2020
Location de logement en pièces détachées : que savoir ?

La location temporaire de logement en pièces détachées commence à se populariser grâce à des plateformes numériques. Ces dernières mettent à votre disposition des moyens provisoires et sécurisés pour louer n’importe quelle pièce de votre maison. Que faut-il savoir sur la location de logement en pièces détachées ?

Le point avec cet article !

Principe de la location de logement en pièces détachées

Des idées de location innovantes voient régulièrement le jour avec l'aide des plateformes en ligne. Une révolution de la location qui permet en dehors de la cession de chambre pour la nuit, de louer par exemple son salon pour un shooting photo, la cave et le parking pour quelques mois, le bureau pour quelques heures…

En réalité, les besoins sont divers et les plateformes se chargent de sécuriser les rémunérations et les conventions de location entre les différentes parties. Sur la base d'assurances et de garanties via des systèmes de notation vérifiée, cette location permet de s'offrir un supplément de fonds (argent). Cependant, toute la procédure doit respecter la législation en vigueur sur le voisinage, l’urbanisme, les impôts.

Comment louer son logement en pièces détachées

La loi du 7 octobre 2016 offre la possibilité aux habitants des grandes villes de louer leur résidence principale en s’enregistrant en ligne sur des sites mis en place par les mairies. Cet enregistrement fait figurer le propriétaire sur des annonces publiées sur des plateformes de location (Airbnb ou Homelidays).
Parmi les autres obligations, la location ne peut être continue et ne doit pas excéder 120 nuitées par an sous peine de formalités supplémentaires. Par ailleurs, le payement d'une taxe de séjour est obligatoire suivant la commune et se fait via la plateforme de collecte ou par le bailleur.

Les revenus perçus suite à la location de son logement en pièces détachées doivent être déclarés au fisc. Vous bénéficiez d'une exonération d'impôts avec des gains 760 euros annuels. Pour des revenus dépassant 23 000 euros, il est obligatoire d’enregistrer votre activité et de payer des cotisations sociales.

Autres lectures